Retour sur la quatrième édition de Vivatech : digit(all)life.

Pour sa 4e édition, nous avons eu le plaisir d’être invités à visiter le salon Vivatech qui se tenait la semaine passée porte de Versailles. Un événement à grand succès comme le montre la simple vue de la fréquentation et des échanges qui régnaient dans les allées. Et c’est avec le même plaisir que nous partageons aujourd’hui, avec vous, quelques découvertes et points de vue.

Les innovations sont de plus en plus proches du consommateur, de son comportement d’achat, du produit et de son utilisation. En effet, la collecte de data et les nouveaux processus industriels, logistiques et de distribution font désormais de la personnalisation de l’expérience client une réalité bien concrète. Cette « data-digitalisation » répond notamment à la problématique de rapidité due à la conquête du mobile et du tout à portée de main. Une instantanéité de l’information à laquelle nous nous sommes tous habitués tout en préservant l’expérience de la marque.

 

Customr-Vivatech-Brand5Ainsi, la conférence de Silvia Schwartzer (Interior Design & Visual Merchandising Senior Director) pour la marque Bulgari (groupe LVMH) nous a permis, d’une part, de mieux comprendre comment la marque construit l’expérience client sur l’ensemble des touchpoint (« one client, all touchpoint ») et, d’autre part, comment elle fait de chaque contact une occasion de storytelling. La marque propose ainsi dans les aéroports un pop-up store entièrement automatisé appelé « Dream Machine ».

Le secteur du luxe devient d’ailleurs un véritable laboratoire avec des clients toujours plus connectés, plus mobiles et précurseurs dans les nouveaux modes de consommation. À titre d’illustration, LVMH dépense 40 à 50 % de ses investissements media sur le digital (Toni Belloni, directeur général délégué de LVMH, Les Echos du 15 mai 2019) et accueillait 30 start-ups sur son pavillon.

 

Customr-Vivatech-Brand1

Sur le stand L’Oréal, de nombreuses innovations représentant la Beauty Tech nourries par la data et permettant d’adapter la beauté aux spécificités de chacun étaient présentées. Nous retiendrons de ces services de personnalisation :

– La webapp Effaclar Spotscan de La Roche-Posay qui permet, grâce à l’AI et à des dermatologues, d’analyser les peaux à tendance acnéique pour obtenir un diagnostic personnalisé et ainsi mieux prévenir l’acné.

– Le Vitual Hair Advisor qui combine réalité augmentée et voix permet d’essayer différentes couleurs de cheveux en écoutant les conseils avisés d’un professionnel, bluffant !

Sur ce stand, nous avons également assisté à une remarquable conférence de Hagen Wülferth, Chief Digital Officer L’Oréal China, sur le thème « China Fast Forward : online + offline » pendant laquelle nous avons appris que 95 % des ventes online du groupe en Chine étaient réalisées sur mobile.

Customr-Vivatech-Brand3

Cette conférence s’est achevée par la formalisation d’un partenariat entre Alibaba et L’Oréal qui unissent leurs forces pour lutter contre l’explosion de l’acné chez les jeunes Chinois. Alibaba apporte la data à partir d’images d’acné collectées sur les réseaux sociaux notamment et L’Oréal apporte l’expertise scientifique pour personnaliser le diagnostic et rendre les traitements plus accessibles.

Vivatech c’est aussi déambuler à la découverte des innovations portées par des start-up incubées ou accompagnées par de grands groupes. Quitte à devenir pour certains stands de véritables « catalogues » de start-up. Bien sûr, nous n’avions pas le temps de tout découvrir, c’est pourquoi nous nous sommes concentrés sur deux grandes catégories :

L’innovation autour des problématiques de mobilité et d’organisation de l’espace urbain : partage de véhicules voire de flottes automobiles chez Citroën ; culture et agriculture urbaine pour réintroduire plus de nature en ville avec notamment Myfood qui propose des serres connectées ; planification des déplacements ou des activités avec My Travel Mate qui permet aux hôtels de connecter les visiteurs à la vie des locaux.

Customr-Vivatech-Brand

Tech for Good (Positive Impact) : rencontre avec Isahit, « 1ère plateforme d’externalisation de tâches digitales socialement responsables » que Capucine notre responsable attractivité avait déjà retenue dans le cadre de ses activités bénévoles et avec laquelle le Groupe Customr va sans aucun doute entamer une première collaboration. Cette start-up à impact positif externalise des micro-tâches digitales à des femmes – qu’elle forme – dans 17 pays africains. Ces femmes ont ainsi l’opportunité de se professionnaliser tout en assurant un complément de revenu.

Remarque toute particulière également pour la start-up de Guillaume Clere, Reverto, que nous avons découvert dans le cadre de notre mentorat à l’EM Lyon et qui remporte le « pitch contest » organisé par Cap Gemini. Venant du monde de la réalisation audiovisuelle, Guillaume a créé Reverto pour lutter contre le sexisme et les risques psycho-sociaux en entreprise en utilisant la réalité virtuelle. Quand la qualité et la pertinence des contenus ainsi que le support de diffusion se marient à la perfection, ça fait mouche ! Idéal pour une prise de conscience à la fois rapide et efficace.

À côté de ces innovations très concrètes, certains stands regorgeaient de promesses et d’engagements finalement assez vides de sens et d’éléments de preuve. Google et Facebook ne rassurent toujours pas sur les données personnelles. A ce sujet, une visite sur le stand de Qwant, le moteur de recherche français qui protège vos données, valait le détour !

Les grands éditeurs sont également toujours très visibles, mais pour quelles innovations ? Nous cherchons encore. N’oublions pas que Vivatech est aussi un excellent média, un vecteur d’image tech très performant et un merveilleux outil de communication interne. Alors finalement, peu importe ce qu’on a à proposer, pourvu qu’on le montre !

Il y a aussi bien évidemment des innovations très impressionnantes comme la voiture qui vole : l’une est longue comme un avion, l’autre est large comme un hélicoptère… mais c’est bien une nouvelle étape vers la mobilité de demain.

On notera également des prises de paroles fréquentes sur la place des femmes dans le digital au travers de nombreuses conférences et de prix. Un moindre mal quand on voit le fleuve de testostérone qui coule dans les allées, et une bonne nouvelle pour faire bouger la tech de demain en montrant aux femmes qu’elles peuvent, elles aussi, réussir dans la tech.

En synthèse, un grand bravo aux équipes de Vivatech pour cet événement toujours aussi inspirant et réjouissant, qui donne à la France toute sa place dans la tech internationale !

Et viva la technologie !

21 Mai

by 

Created with Snap